Feuilletons retrouvés

Le Roi des faussaires - Episode 4

Le 01/04/2015

Paru dans Le Petit Cettois, le vendredi 28 juin 1878

 Il est certain que la femme avait disparu tout à coup. Mais il est encore plus certain qu’elle n’emmena pas avec elle ses enfants, qui n’en entendirent plus parler. Qu’était-elle devenue cette malheureuse ? Giraud n’était-il pas réellement marié avec elle ? Ne s’en était-il pas débarrassé pour ne point devenir bigame ? Autant de problèmes qui n’auront sans doute jamais de solution. Mais pourquoi donc Giraud s’était-il marié et remarié ? Par amour ? ce n’est guère probable, car la jeune femme qu’il avait épousée était contrefaite et tout à-fait infirme, ne marchant qu’avec des béquilles. Par avidité ? Pour empocher une lourde dot ? Non plus. Sa femme lui apportait pour toute fortune une petite propriété dont le revenu ne dépassait pas quatre mille francs. Et ce revenu, il fallait le partager en deux, car il avait un beau-frère à qui revenait la moitié de ce domaine encore indivis. Giraud s’était marié pour pouvoir faire croire à ses amis de Paris qu’il épousait une grande fortune et justifier ainsi ses dépenses, tandis qu’il disait hautement dans le pays de sa femme que c’était lui qui était riche. Ce n’était pas trop mal combiné. Tout le monde accepta ses fausses vérités comme la Banque acceptait ses faux billets qui continuaient à affluer avec une régularité parfaite. Seulement, à partir de son mariage, ce ne fut pas exclusivement à Paris qu’il en fut présenté au remboursement, la succursale d’Angoulême en reçut un certain nombre et avisa aussitôt de ce fait l’administration centrale, Giraud venait de commettre une sottise dont j’ai parlé en répandant son faux papier monnaie dans le pays même de sa femme. La police avertie se mit, cette fois, en campagne et alla droit à la source. Mais arrivée dans le pays du faussaire, son attention fut attirée sur une fausse piste. Elle bifurqua et porta ses investigations sur les faits et gestes du propre frère de Giraud, pendant que celui-ci, qui avait flairé le danger faisait sonner très-haut les liens d’amitié qu’il avait noués avec M. Tenaille et quelques personnes haut placées. Chose singulière ! On ne le soupçonna même pas. L’innocence de son frère était indiscutable. La police revint après avoir fait buisson creux, et la Banque qui payait toujours enrageait encore davantage. Sur ces entrefaites, le beau -frère de Giraud, jeune homme de vingt-huit ans, aimable et beau garçon, doué d’une santé incomparable, vint à mourir subitement. Les habitants du pays qui n’aimaient pas beaucoup Giraud, dirent à ce propos et sans trop se gêner que le jeune homme était mort empoisonné par son beau-frère. Qu’y a-t- il de vrai dans cette rumeur, dans cette accusation ?

(A suivre…)

Partagez cet article :
Retour Liseuse
Bibliothèque Nationale de FranceDRAC Languedoc-RoussillonLa Région Languedoc Roussillon1077228_mmmLanguedoc-Roussillon livre et lecture
Découvrez votre territoire sous un jour nouveau : que s'est il passé près de chez vous il y a 150 ans ?
Disponible sur Google Play
Disponible sur App Store
Et plus encore
Lire les feuilletons d'aujourd'hui